Reg Reg Reg Reg Reg
Reg en Mauritanie

Loin du luxe de certaines tombes du Père-Lachaise, cet amas de pierres est un cimetière de nomades.

Reg en Mauritanie

Triste vision. Nous avons rencontré deux chameaux morts en 8 jours.

Reg en Mauritanie

Même chargés de très légers matelas en mousse, les chameaux se sentent obligés de manifester leur mécontentement en blatérant. Et oui, le chameau blatère!.

Reg en Mauritanie

Biens qu'entravés, les chameaux profitent de la nuit pour chercher de la nourriture, parfois très loin du bivouac. On se demande comment les chameliers les retrouvent dans la nuit.

Reg en Mauritanie

Les nuits peuvent être froides et c'est tout habillé que nous nous glissons dans nos duvets.

Le reg

Roulé dans un duvet sur une dune à la belle étoile, il fait encore nuit, et je suis réveillé par le bruit métallique de la théière que l'on heurte contre un des deux petit foyers en tôle qui nous servent de cuisinière. Puis c'est le bruissement lointain et sourd des chameliers à la recherche de leur troupeau. Silence. A travers le chèche qui recouvre mon visage je sens que la lumière change, le ciel rougeoit à l'Est et la silhouette des chameaux enfin regroupés s'y découpe. Après la prière du matin, les chameliers chargent les chameaux avec nos sacs.

Encore du reg et une chaleur qui s'installe rapidement. Nous traversons massif de Zarga qui n'est pas très élevé à cet endroit. Cette marche est un peu dure et la vue d'une tente de nomade nous réconforte. Elle est rustique mais très belle, un galon tissé en laine de mouton noir entour le toit en lourd coton. Il y fait chaud. On nous offre le thé et Sidi boit du lait de chamelle. Notre hôte nous raconte qu'un mariage important a été célébré et que beaucoup de nomades se sont rendus à la fête qui se déroule "par là-bas".

Plus loin dans ce paysage lunaire nous trouvons un chameau mort dont une partie est momifiée.

Le sol est marron foncé et tout est tellement plat que le moindre tas de pierres est un événement qui attire le marcheur. En l'occurrence ceux que nous rencontrons aujourd'hui sont des tombes. Une pierre verticale indique la tête. Si elles étaient gravées, l'érosion a tout effacé.