erg Ouaranne erg Ouaranne erg Ouaranne erg Ouaranne
erg Ouaranne

Cette technique d'ascension de dune, dite "de l'ascenseur" n'est pas la méthode officielle de l'A.S.G.H.D ( Association Saharienne des Guides de Hautes Dunes).

L'ergue Ouaranne

Nous n'avons plus que 40 litres d'eau. Ce matin, deux jeunes chameliers sont partis en directions d'un puits, au nord de notre route et dont ils reviendront après 12 heures de marche. Ils sont accompagnés de 2 chameaux transportant des bonbonnes.

Les dunes sont notre horizon. Rondes et douces, elles attirent le marcheur. Pour escalader une dune, choisir la partie la moins haute, grimper en courant rapidement et en faisant de grands pas. Puis, longer la crête vers son sommet et là, enivré par un nouvel infini, regarder d'où l'on vient, où l'on va, où l'on n'ira pas et descendre lentement en glissant dans le sable. Pieds nus, on sent chaque grain qui glisse sous la voûte plantaire, masse les chevilles pour finir aux mollets. Les dunes, c'est la mer.

La plupart sont orangées, certaines sont jaunes, d'autres blanches et parfois en s'enfonçant, le pied en découvre des multicolores. Un sable ocre , poudreux comme le talc, recouvre des grains plus lourds et blancs.

Les nomades qui étaient partis chercher de l'eau reviennent... Beaucoup trop vite, ils ont certainement fait une partie de l'aller en chevauchant les chameaux. Et leur chef à qui appartient le troupeau n'est pas content. Le soir, après le dîner, ils nous lancent des défis logiques ou mathématiques. Nous rions beaucoup, Sidi traduit et la soirée se déroule ainsi en buvant du thé.