MauritanieMauritanieMauritanieMauritanie
trek en Mauritanie

Cet acacia n'a pas grand-chose en commun avec ceux d'Europe. Peu de feuilles mais des épines de 5 à 6 centimètres de longs, tellement pointues et solides qu'une a transpercé l'épaisse semelle de mes chaussures de rando pour pénétrer dans mon pied. Aïe!

trek en Mauritanie

Les chameliers marchent devant le troupeau et donne le rythme. Les chameaux sont encordés les uns aux autres et le premier du troupeau et attaché par le naseau à la ceinture du chamelier.

trek en Mauritanie

Melons dans le désert. Il n'y a pas une goutte d'eau, comment ces melons ont-ils poussés? Ils sont amers mais font le délice des chameaux.

trek en Mauritanie

Premier jour de marche. Le sol est dur, et le manque de repère nous empêche d'estimer notre avance.

Acacia

Après un rapide petit-déjeuner, nous entamons notre première journée de marche en longeant le plateau de Zarga. Une vingtaine de km de reg que nous parcourons en 6 heures. Notre guide, Sidi, nous montre les interminables traces laissées par le passage répété de millions de fourmis argentés, puis c'est la découverte étonnante de melons, et de l'Atil, "l'arbre à brosse à dents ".

Pas l'ombre d'une ombre dans cette plaine. Le soleil est bientôt à son zénith, Sidi qui a remarqué notre baisse de rythme, nous propose le côté sombre d'une petite dune pour nous reposer un peu. Tandis que les uns refont leur chèche et que d'autres boivent un peu d'eau, nos chameliers nous dépassent au loin, mirage dans l'air qui tremble.

Un peu plus tard, une tache blanche apparaît à l'horizon. C'est notre tente. Elle a été montée par les chameliers. Au nombre de cinq, ils montent et démontent la Keima, se levant avant nous pour réunir les treizes chameaux qui portent les bagages, l'eau la tente et le bois, ils arrivent aussi avant nous et préparent tout pour notre arrivée.

Le choix du bivouac n'est pas chose facile :
Il faut des arbres, pour l'ombre, des buissons ou quelques touffes d'herbes pour que les chameaux puissent manger. En général c'est sous un acacia que nous trouvons un peu de fraîcheur, un tapis sur lequel nous allons passer beaucoup de temps et aussi des épines... Des épines très longues qui hérissent les branches d'acacia du Sahara et qui s'enfoncent dans le pied du promeneur imprudent.
Dans l'après-midi, un petit berger et deux biquettes surgissent de derrière une dune. Après une discussion avec les chameliers, il repart en laissant les chèvres.